Retour
Des progrès dans l'évaluation de la qualité des sédiments

21. novembre 2017, Catégorie: Ecotoxicologie des sédiments, Evaluation des risques

Des progrès dans l'évaluation de la qualité des sédiments

Dans les milieux aquatiques, la qualité des sédiments est étroitement liée à celle de l'eau : les sédiments contaminés constituent à la fois un réservoir de polluants qui peuvent être réémis dans le milieu aqueux et l'espace vital de nombreux organismes biologiques. L'ordonnance suisse sur la protection des eaux stipule que les sédiments ne doivent contenir ni substances de synthèse persistantes ni autres substances susceptibles de s'accumuler ou d'avoir un effet néfaste sur les organismes vivants. Il appartient aux cantons de s'assurer que les sédiments des eaux dont ils ont la charge répondent à ces exigences. Or, en l'absence de recommandation méthodologique claire de la part des autorités fédérales, les méthodes employées pour effectuer les prélèvements et traiter les échantillons peuvent fortement varier d'un canton à l'autre. Et ce, alors que tous les cantons n'étudient pas les sédiments ! Il s'avère alors difficile de comparer et d'interpréter les résultats des analyses. Face à cette situation, le Centre Ecotox travaille actuellement avec l'Office fédéral de l'environnement à un projet visant notamment à harmoniser les méthodes à travers un module Sédiment intégré au système modulaire gradué. 

La méthode harmonisée testée dans huit cantons

Le Centre Ecotox a mis au point une méthode harmonisée pour le prélèvement et la préparation d'échantillons de sédiments en se basant sur les connaissances scientifiques les plus récentes et sur les méthodes employées par les services cantonaux de la protection des eaux. Cette méthode a maintenant été validée et comparée aux méthodes utilisées par les cantons dans le cadre d'une étude de terrain impliquant plusieurs laboratoires. Huit cantons ont participé à cette étude : Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Berne, le Jura, Saint-Gall, Schwyz, le Valais et Zurich. Des prélèvements ont été effectués sur un total de 14 sites représentatifs de différents régimes hydrodynamiques et de différentes sources de pollution. Les échantillons de sédiment ont été prélevés en parallèle par le Centre Ecotox et le service cantonal sur chaque site puis traités par la méthode harmonisée et par la méthode du canton concerné. Après tamisage et extraction, les échantillons ont été soumis à une analyse des teneurs en cadmium, en cuivre, en chrome, en nickel, en plomb et en zinc, métaux régulièrement contrôlés par les cantons. 

La fraction sédimentaire la plus fine livre les concentrations les plus élevées

La méthode harmonisée a livré des résultats bien reproductibles quelle que soit la personne ayant effectué les prélèvements, les teneurs en métaux allant du niveau de concentrations de fond à celui de pollutions significatives. Les concentrations déterminées selon la démarche harmonisée ou celles habituellement adoptées par les cantons différaient plus ou moins fortement selon les sites. Le choix de la fraction utilisée pour l'extraction avait alors une grande influence. Dans la méthode harmonisée, il est proposé de procéder à une extraction du sédiment total (<2 mm) pour déterminer le risque écotoxicologique. C'est en effet sur cette fraction que portent la plupart des tests de toxicité et c'est donc au sédiment total que se réfèrent les critères de qualité des sédiments qui en sont déduits. « La fraction totale semble donc constituer une bonne référence pour l'évaluation de la qualité du sédiment », explique Carmen Casado-Martinez du Centre Ecotox. Jusqu'à présent, les cantons privilégiaient l'étude de la fraction fine (<63 µm) puisque leur objectif était d'identifier les tendances évolutives de la contamination dans le temps et dans l'espace. Pour qu'ils puissent aussi bien apprécier la qualité écotoxicologique des sédiments que comparer les nouvelles données avec les anciennes, il pourrait être opportun, pour les cantons, de doser les métaux pendant quelques années aussi bien dans la fraction fine que dans la fraction totale. 

Pour la suite du projet, le Centre Ecotox et les cantons ont priorisé les substances à contrôler pour la surveillance de la qualité des sédiments en Suisse. Le Centre Ecotox travaille actuellement à la détermination de critères de qualité pour les composés ainsi retenus. « L'objectif du module Sédiment est de proposer un système complet d'évaluation de la qualité des sédiments à partir de critères de qualité spécifiques à ce compartiment », explique Carmen Casado-Martinez.

Contact

Commander les Centre Ecotox News


RSS Abonnez-vous à nos actualités par RSS Feed