Biomonitoring de l'Eschelisbach avec Gammarus pulex (NAWA SPEZ 2015)

Biomonitoring de l'Eschelisbach avec Gammarus pulex (NAWA SPEZ 2015)

L'Eschelisbach, un petit cours d'eau qui s'écoule dans une région d'agriculture intensive de Thurgovie, fait l'objet d'une surveillance chimique étroite dans le cadre du projet NAWA SPE (Observation nationale de la qualité des eaux de surface - programme d'observations spécifiques). Les concentrations de 300 produits phytosanitaires y sont ainsi déterminées au printemps et en été, alors que les rejets de pesticides sont au maximum.

Pour compléter ces analyses d'une évaluation d'ordre écotoxicologique, le taux de mortalité et l'activité alimentaire du gammare Gammarus pulex sont mesurés toutes les deux semaines dans le cadre d'un programme de biomonitoring. Un ruisseau non pollué de dimensions similaires situé à proximité sert alors de référence. Par ailleurs, des échantillons d'eau moyennés sur une semaine sont soumis à des bioessais au laboratoire (comme le test algues combiné par exemple). Les résultats du biomonitoring et des bioessais sont ensuite analysés en les comparant aux analyses chimiques effectuées pendant certains épisodes pluvieux.

Bioessais utilisés

Publications

Langer, M., Junghans, M., Spycher, S., Koster, M., Baumgartner, C., Vermeirssen, E., Werner, I. (2017) Hohe ökotoxikologische Risiken in Schweizer Bächen. Aqua & Gas 4, 58-68

Download Artikel

Doppler T., Mangold, S., Wittmer, I., Spycher, S., Stamm, C., Singer, H., Junghans, M., Kunz, M. (2017) Hohe Pflanzenschutzmittelbelastung in Schweizer Bächen, Aqua & Gas 4, 46-56

Download Artikel

Contact

Dr. Miriam Langer
Dr. Miriam Langer Envoyez un message Tel. +41 (0) 58 765 5139

Chercheurs impliquées

Actualités

30. mai 2017

Un risque écotoxicologique élevé dans les petits ruisseaux

Un monitoring combinant plusieurs approches montre que les petits cours d'eau suisses sont souvent fortement pollués par les produits phytosanitaires. Le risque écotoxicologique dû aux mélanges de polluants était élevé dans quatre des cinq sites étudiés et la qualité de l'eau a ainsi été jugée mauvaise. Par ailleurs, le danger persistait pendant une grande partie de la saison de végétation, privant les organismes aquatiques de périodes de régénération.

En savoir plus