Détermination de périodes d'exposition adéquates pour le contrôle de la qualité des eaux

Détermination de périodes d'exposition adéquates pour le contrôle de la qualité des eaux

En janvier 2016, l'Ordonnance sur la protection des eaux a été modifiée de sorte que des critères de qualité environnementale déterminés sur des bases écotoxicologiques (également appelés normes de qualité environnementale (NQE)) puissent y être fixés. Ils sont ainsi définis qu'aucun effet néfaste n'est susceptible d'affecter les organismes aquatiques tant qu'ils ne sont pas dépassés. Deux critères de qualité environnementale sont déterminés pour chaque substance : l'un s'appliquant aux expositions de longue durée (NQE-MA), l'autre aux expositions de courte durée (NQE-CMA).

La qualité de l'eau est déterminée en comparant les concentrations mesurées dans le milieu aquatique aux critères de qualité correspondants. En raison de la durée moyenne des tests écotoxicologiques visant à déterminer la toxicité chronique, il a été proposé de comparer la NQE-MA à la moyenne des concentrations mesurées dans l'environnement pendant deux semaines. Cette proposition semblait justifiée par la loi de Haber selon laquelle la toxicité est une constante résultant du produit de l'exposition et de la durée. D'après cette loi, une forte concentration subie sur une courte durée devrait avoir le même effet qu'une faible concentration exercée sur une longue durée.

Ce projet vise à déterminer la période pendant laquelle la concentration environnementale doit être considérée pour obtenir une comparaison pertinente d'un point de vue écotoxicologique avec la NQE-MA ou la NQE-CMA et à estimer la validité scientifique réelle de la loi de Haber pour une évaluation du risque basée sur les critères de qualité environnementale. Cette question sera abordée à l'aide de modélisations TC/TD (toxiconinétiques / toxicodynamiques) qui seront comparées aux prévisions livrées par la loi de Haber.