Écotoxicité des résidus d'abrasion des pneus

Écotoxicité des résidus d'abrasion des pneus

Chaque année, plusieurs milliers de tonnes de résidus d'abrasion des pneus se déversent dans l'environnement. Or ces résidus sont composés d'un mélange complexe de particules de gommes et de matériaux de revêtement des chaussées et renferment de nombreux polluants. La quantité de micro-particules de pneu ainsi émise dépasse même celle de microplastiques comptabilisée par ailleurs. Le Centre Ecotox s'est donc proposé d'étudier la biodisponibilité et la toxicité des résidus d'abrasion des pneus dans un nouveau projet. 

Le but du projet est de mieux comprendre la biodisponibilité et la toxicité des polluants contenus dans les résidus d'abrasion des pneus de même que les effets directs des particules sur les organismes. La méthode choisie consiste, d'une part, à suivre le cheminement des polluants – de l'absorption des particules dans l'intestin jusqu'à la bioaccumulation dans les tissus en passant par la désorption pendant la digestion et l'assimilation dans le système digestif – et, d'autre part, à étudier les effets au niveau moléculaire, de la cellule et de l'organisme. Les polluants présentant des modes d'action particuliers parmi ceux qui sont relargués des particules sont alors mis en évidence par la détection des mécanismes d'action spécifiques via une combinaison de chromatographie sur couche mince, de bioessais et de spectrométrie de masse. L'utilisation de cultures de cellules intestinales et branchiales de poissons permet de mesurer aussi bien les effets des substances désorbées que les effets directs des particules. L'action sur les invertébrés est étudiée à travers les oligochètes vivant dans le sol et les sédiments.